Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Voyage au Sénégal

Circuit franco-haïtien au Sénégal

En partenariat avec l'association Keur Mama d'Evry

 

Du samedi 14 au samedi 21 avril 2012

« Sur la route de l’abolition de l’esclavage et des droits de l’Homme ».

 

        « Il faut allumer la lampe de l’esprit pour que ne pourrisse le bois, ne moisisse la chair. »

Citation de Léopold Sédar Senghor    

                                                
 Léopold Sédar Senghor était un poète, écrivain et homme politique sénégalais, né le 9 octobre 1906 à Joal, au Sénégal, etmort le 20 décembre 2001 à Verson, en France. Il a été le premier président du SSénégal (1960-1980) et il fut aussi le premier Africain à siéger à l'Académie française. Comme écrivain, il est célèbre pour avoir développé la notion d’Aimé Césaire de Négritude qu’il définissait ainsi :

« La Négritude est la simple reconnaissance du fait d’être noir, et l’acceptation de ce fait, de notre destin de noir, de notre histoire et de notre culture ».

KEUR Mama
L’association KEUR Mama a été créée en février 2007. Elle a pour objectif de favoriser les échanges entre la France et le Sénégal, et de contribuer au développement économique local en s’appuyant sur un tourisme solidaire et responsable.

 

KEUR Mama
c/Maison de quartier des Champs Elysées - - 91000 Evry 

Mail : keur.mama@orange.fr

*************************************

Circuit franco-haïtien au Sénégal
En partenariat avec l'association Keur Mama d'Evry

Du vendredi 13  au samedi 21 avril 2012
Prix par adulte : 1 000 €

 

 

 

 

 

1er jour : Paris-Dakar.  Arrivée à l’aéroport international de Dakar et transfert à l’auberge de Thialy.

 

 

 

 

 

2ème jour : Dakar-Dagana (500 km env).  Départ pour la visite de Dagana, ville datant du XIIIe siècle et porte le nom de son fondateur. Elle marque la frontière traditionnelle entre les territoires Wolof et les Toucouleur. Ses principaux attraits touristiques sont le Quai historique qui longe une haute digue érigée le long du fleuve et le port Faidherbe, une bâtisse de 2 niveaux construite à l’initiative du gouverneur en 1835. Visite de l’école Amadou Basse Sall en cours de réhabilitation par l’association Keur Mama. Dîner et nuit à l’auberge de Thialy.
 

3ème jour : Dagana – Podor (50 km env). Départ pour L’île de Podor qui doit probablement son nom au mot portugais pour désigner l’ivoire. Selon une légende, elle faisait autrefois office de cimetière d’éléphants. Le fort de Podor se trouve au nord du centre-ville et héberge le musée régional de Podor. Ce musée occupe le site d’un fort plus ancien, édifié en 1744 par Pierre David Bartholomew, et tenu par les anglais de 1758 à 1783. En 1853-1854, Faidherbe en fait construire un nouveau. Il hébergera l’administration coloniale jusqu’à l’indépendance, puis l’armée sénégalaise et plus tard, les forces de police et condamné à l’abandon en 1997. Dîner et nuit au campement écotouristique du parc du Djoudj autogéré par les villageois. 

 

4ème jour : Podor-Djoudj (200 km env). Départ pour la visite du  parc national des Oiseaux du Djoudj qui a été fondé en 1971 et inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco 10 ans plus tard. Le parc couvre 16 km² et figure parmi les 10 sanctuaires ornithologiques les plus importants de la planète pour le gibier d’eau. Visite en pirogue et charrette.  Djoudj reçoit la visite de près de 3 millions d’oiseaux migrateurs fuyant l’hiver européen.
Le parc joue un rôle essentiel, car il constitue la première zone humide rencontrée par les oiseaux des régions paléarctiques après le Sahara. Les populations varient d’une année sur l’autre, mais certaines espèces affluentes toujours en grand nombre, notamment les canards, les 15 000 pélicans, les flamants roses, des hérons, cigognes, goélands et d’autres espèces. Malgré sa richesse ornithologique, l’équilibre écologique des zones Djoudj a beaucoup souffert de la construction du barrage de Maka-Diam, un peu en aval. Le taux de salinité de l’eau a fortement baissé, favorisant ainsi la propagation d’algues d’eau douce qui risquent d’empêcher les eaux de s’écouler librement. Dîner et nuit au campement écotouristique du parc du Djoudj autogéré par les villageois. 

 

5ème jour : Djoudj-Saint-Louis (80 km env). Départ pour la visite de Saint-Louis qui fut fondé par des négociants normands en 1659, et baptisé Saint-Louis-du-Fort en l’honneur de Louis XIV, ce comptoir français, le premier de tous au Sénégal servira de centre opérationnel à la France en Afrique de l’Ouest pendant 2 siècles. Avant 1659, l’île a priori inhabitée, ne recevra que 2 visiteurs : l’explorateur portugais Lançarote, en 1445 et Thomas Lambert, ancien gouverneur de la Compagnie normande, en 1638.
 
Il faudra attendre 21 ans pour que le commis Louis Caullier construise la première bâtisse de la future cité. Port naturel abrité et facile à défendre, Saint-Louis s’impose rapidement comme une plaque tournante pour le commerce avec l’Europe et le Sahara, dont celui des esclaves. Visite en calèche et à pieds de l’ancienne cité coloniale classée au patrimoine mondial par l’UNESCO : le pont Faidherbe, les demeures notables, l’hôtel de ville, la cathédrale et le quartier  des pêcheurs aux pirogues multicolores. Dîner et nuit à l’auberge de jeunesse de Saint-Louis.

 

6ème jour : Saint Louis – Dakar – Le Lac Rose (240 km env). Départ pour le lac Rose qui doit sa renommée à sa teinte mauve en fonction de l’intensité des rayons du soleil. Soirée conférence. Dîner et nuit à l’auberge de Thialy.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7ème jour : Dakar – Gorée. Départ pour l’île de Gorée appelé à l’origine « Ile de Palma » remonte à sa découverte par les Européens. Les portugais accostent sur l’île en 1444 et y bâtissent une chapelle et un cimetière en 1481. De nombreux navires en provenance d’Europe, puis des Amériques, viennent mouiller dans sa baie, la plus vaste et la plus protégée de toute l’Afrique de l’Ouest. En 1588, l’île de Palma tombe dans les mains des Hollandais qui la rebaptisent Goede Reede (Bon Port). Le nom prononcé en français, va se transformer en « Gorée » lorsque l’amiral d’Estrées s’empare de l’île en 1677. Gorée restera sous l’empire de la France pendant près de 300 ans. L’île de Gorée est tristement connue à cause de la place qu’elle a tenue dans l’histoire de l’esclavage. L’esclavage jouera un rôle primordial dans le développement de l’île au cours du XVIIIe. Les sociétés européennes basées à Gorée remplissent leurs entrepôts de fusils, poudre, vêtements, sel, qu’elles négocient par le truchement d’émissaires, avec les puissants chefs Wolofs du continent contre de l’or, du cuir, de l’ivoire et des hommes et des femmes. L’abolition décrétée par l’Angleterre en 1807, puis par la France en 1814, aura d’importantes répercussions économiques sur les territoires intérieurs, où le trafic va se poursuivre dans la clandestinité jusqu’à ce qu’en 1848 la France juge illégale la possession d’esclaves. Visite de l’île : la Maison des esclaves construites en 1776, la Porte du voyage sans retour et les ruelles pittoresques et colorées. Dîner et nuit à l’auberge de Thialy.  

 

8ème jour : Gorée –Dakar-Paris

Départ pour l’une des quatre communes (Saint-Louis, Gorée, Dakar et Rufisque), ancienne capitale de l'Afrique-Occidentale française. Sa situation à l'extrémité occidentale de l'Afrique, sur l'étroite presqu'île du Cap-Vert, a favorisé l'installation des premiers colons, puis le commerce avec le Nouveau Monde, et lui confère une position privilégiée à l'intersection des cultures africaines et européennes. Organisatrice du premier Festival mondial des Arts nègres voulu par le président Léopold Sédar Senghor en 1966, la ville est le siège de l'Institut fondamental d'Afrique noire et de la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest. Tour de ville de Dakar, bâtie sur une presqu’île : la place de l’indépendance, la gare ferroviaire célèbre pour son Dakar-Bamako, le palais présidentiel, le tout récent monument de la Renaissance africaine, le phare des Mamelles indiquant le point le plus occidental du continent et le quartier Mermoz où se trouve l’ancienne piste utilisé par le célèbre aviateur et les marchés. Repas le soir à Dakar et route vers l’aéroport pour l’envol vers la France.

 

Circuit réalisé par les membres d'APESE Haïti

et les membres de Keur Mama

 

 



Calendrier
« Août 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031