Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Adultes

Notre sélection du mois ! 

 

La diaspora haïtienne 

Territoires migratoires et réseaux transnationaux

Auteur : Cédric AUDEBERT

Editeur : PUR - (Université de Poitiers)

Loin des images stéréotypées et parfois carcaturales auxquelles renvoie la migration haïtienne, la réflexion présentée entend démystifier une expérience collective souvent mal comprise et cristallisant nombre de fantasmes nourris par l’histoire singulière d’Haïti. Dans quelle mesure la société haïteinne peut-elle être repensée à partir d’une réflexion sur sa diaspora ? En quoi le prisme diasporique éclaire t-il d’un jour nouveau la compréhension du fait migratoire ? Peut-on convoquer la notion de territoire pour décrire la spatialité d’une organisation sociale marquée par la dispersion, la fluidité, la discontinuité, la précarité ?

L’auteur répond à la nécessité d’un renouvellement de la réflexion sur le rapport à l’espace haïtien en envisageant les expériences des migrants qui en sont originaires dans toute leur compléxité, leur pluralité, leur fluidité, leurs nuances, leur universalité, et en concevant la disapora comme un élèment incontournable des mutations de la société d’origine.

 

Les Haïtiens ont répondu à la contraction du champ des possibles dans leur pays par une projection de leur espace de vie et de leurs réseaux familiaux, culturels, marchands et politiques au-délà du territoire stato-national. Les solidarités sociales contemporaines qu’ils ont construites, en articulant proximité des réseaux locaux et réticularité des réseaux tansnationaux, constituent la marque de leur diasporité.

Les lignes de forces de cette diaspora sont mies en exergue à travers la régionalisation des réseaux migratoires, la métropolisation et les territoires circulatoires religieux et marchands. Pour autant, elle ne saurait être ni réifiée, ni substantialisée, tant son évolution historique, la pluralité de ses territoires et la dynamique de ses identités sont remarquables.

 

A travers ce livre « documentaire », j’ai découvert et appris énormement sur cette diaspora à qui j’apartiens.  Je comprends mieux pourquoi, les paysans haïtiens n’arrivent pas à nourrir leur familles. Dans le livre, il y a ce passage qui parle très bien sur les  conditions de vie des paysans haïtiens : « La crise alimentaire ayant secoué le pays en 2008 a illustré de la manière la plus vive la réalité de la dégradation des conditons de vie et les conséquences de la dépendance alimentaire croissante vis-à-vis de l’extérieur. Le cas du riz, base de l’alimentation en Haïti, est symptomatique. Jusqu’au milieu des années 1980, la production locale de riz couvrait l’essentiel des besoins du pays. L’application des programmes d’ajustement structurel sous le signe de la dérégulation et de la privation ont notamment eu pour effet la remise en cause des protections tarifaires, en 1986, puis à nouveau en 1996. En dix ans, les droits de douane sur l’importation de riz sont passés de 50 % à 3 %. Face au riz états-unien subventionné par Washington et vendu un tiers en dessous de son coût de production réel, la production locale ne peut tenir la concurrence….. » On comprend aussi, comment les Duvaliers sont devenus des riches terriens … ? Pourquoi, la République Dominicaine n’accord pas, voir très peu la nationalité dominicaine aux haïtiens… Et comment la France expulse les haïtiens dans les antilles françaises ? 

 

 

Notre sélection du mois ! 

 

Haïti au carrefour de la reconstruction 

Vie politique et coopération internationale

Auteur  : Jean Gédéon

Editeur : L'Harmattan 

 

 Haïti peut-elle se mettre sur la voie de la reconstruction véritable en dehors de nouvelles actions concrètes et stratégies capables de moderniser la vie politique et de réorienter de façon cohérente, efficace et efficiente la coopération internationale, notamment l’aide externe ?

 

Après plusieurs décennies de « transition démocratique », la situation de la grande majorité de la population s’aggrave de manière significative et révoltante. Aujourd’hui, ce dont Haïti a surtout besoin, c’est d’un « New Deal » pouvant lui permettre d’emboîter le pas vers le développement durable et une société respectueuse des valeurs de l’être humain ainsi que de concilier les « deux sociétés » : les pauvres (plus de 70 %) et le reste.

 

Les protagonistes doivent en être conscients, sinon, il y aura toujours de belles promesses, des discours très éloquents, de grandes conférences et des milliards « dépensés », mais le pays ne pourra pas s'en sortir. En effet, le développement et la démocratie ne sauraient être le fruit du hasard et de belles promesses ! 

 

Il y a ce passage du livre qui m’interpelle en qualité de présidente d’APESE Haïti : « Aujourd’hui, les ONGs se substituent à l’Etat. Elles ont leur propre programme, agissent à leur guise et disposent de forte sommes d’argent. D’ailleurs, en raison des problématiques de corruption et d’une coopération fondée sur l’humanitaire, la partie la plus importante du financement international passe par les ONGs. »

 

Elles ne rendent pas compte à l’Etat et constituent « une autre république dans une république ».

Linda François

 

 

Notre sélection du mois ! 

 

 

LA CHINAFRIQUE 

Auteur : Serge MICHEL et Michel BEURET

Editeur : Le Club

 

L’Afrique n’est plus un continent à la dérive. L’appétit de la Chine pour ses matières premières a changé la donne. Le continent noir connait ainsi une croissance sans précédent et suscite à nouveau toutes les convoitises. Cette fois, les centaines de milliers de Chinois qui s’y précipitent ont une longueur d’avance. Ils séduisent les dictateurs, parce qu’ils investissent et ne parlent de démocratie, et les peuples, parce qu’ils construisent des routes ou des barrages.

 

Les Occidentaux, la France surtout, se laisseront-ils évincer ? Quelles sont les conséquences écologiques de cette nouvelle ruée vers l’or ? Comment réagissent les Africains ? Comment se passe la rencontre de ces deux mondes si différents ?

 

Les auteurs de ce document passionnant, enquête et récit, ont parcouru quinze pays à la rencontre de ces nouveaux colons, des campagnes sinistrées au cœur de la Chine aux fauteuils en cuir des ministres africains, des forêts menacés du Congo aux karaokés du Nigeria, le long des pipelines du Soudan et des chemins de fer d’Angola. Ils racontent l’aventure des Chinois lancés à la conquête d’une terre que l’Occident jugeait tout juste bonne à recevoir de l’aide humanitaire.

 

Un livre qui s’adresse à tous ceux qui se demandent, comme moi : pourquoi le continent africain est si pauvre, pourquoi, y-a-t-il tant de conflits, de guerres entre états, de maladies… ? Alors, que nous savons que certains pays du continent noir sont très riches en pétrole, en uranium…

Linda François 

 

 

 

Notre sélection du mois ! 

 

Contribution de la femme haïtienne à la construction et à la survie de son pays

Auteur : Marlène THELUSMA REMY

Edition : l'Harmattan

 

Ce livre, à toutes fins utiles, offre au public une révélation toute nouvelle mais vraie de la contribution féminine à la construction et à la survie d’Haïti. C’est un voyage imaginaire avec les femmes d’avant et jusqu’au 1er  janvier 1804, qui nous rendent compte de luttes qu’elles ont menées aux côtés des hommes, tant sur les champs de bataille qu’au foyer durant toutes les guerres qui ont conduit l’ancienne colonie française à son indépendance.

 

C’est également un bilan ou un portrait de la situation générale de la femme haïtienne prise dans la structure de base de la société, représentatif des 80% de la population rurale et prolétaire féminine haïtienne, provenant des sources théoriques fiables et de témoignages vivants de ceux et celles qui ont participé directement ou indirectement à une enquête et que nous avions observés.

 

C’est en effet une révélation de ce représentent et vivent encore réellement aujourd’hui les femmes en Haïti : mères et épouses travailleuses, courageuses, dévouées mais incomprises, très peu appréciées, infériorisées, défavorisées et aujourd’hui violées, abusées…. Image que la rhétorique, pendant plus de 200 ans, ne manque jamais de très bien camoufler.

 

Ce livre se veut enfin non seulement une révélation consciente de que ces femmes représentent et endurent à la fois en Haïti, mais aussi un hommage à elles toutes, qu’elles soient milatrès, marabou, katwon, griffon., kréyol, lettrée ou illettrée, riche ou pauvre, urbaine ou rurale, pour la constance des services qu’elles rendent malgré tout à leur communauté en qualité et en quantité.

 

Petite anecdote ! Cet été, à plusieurs reprises, sur le bord de la route, j’entendais la voix des enfants étonnés de voir que je pouvais conduire une voiture. Sur le visage des hommes, on pouvait lire le même étonnement. Cela va se confirme. Lors, d’un déplacement avec un de nos partenaires, celui-ci fut surpris que je puisse conduire en Haïti. Et c’est sans hésitation,  qu’il me posa la question suivante : c’est une voiture automatique. Ma réponse fut la suivante « Non, en France, on conduit à 90 % des voitures non automatiques ». … En Haïti, peu de femmes osent prendre le volant, et peu d’hommes aiment se faire conduire par une femme….

Linda François

 

 

 

 

Notre sélection du mois ! 

Sur le chemin de l'école 

Auteur : Marie-Claire JAVOY

Edition : l'Editeur 

 

Ils vivent en plein désert, au plus profond de la Toundra ou encore à flanc de montagne, leurs parents n’ont pas d’argent, ils ont besoin d’eux pour travailler à la maison, le chemin qui mène à l’école est redoutable…

 

Pourtant, à travers le monde, des dizaines de milliers d’enfants se battent chaque jour pour rejoindre coûte que coûte leur école. Face à une adversité de tous les instants, aux quatre coins de la planète, ces petits héros de la vie quotidienne, par leur détermination, leur courage, leur volonté de se construire une autre vie, sont un modèle de vitalité.

 

A Fond-Melon dans le département du sud ’est en Haïti (dans les hauteurs de Jacmel), chaque jours, des dizaines d’enfants parcourent deux à trois heures de marche pour se rendre à l’école. Aucun retard n’est toléré. Ils doivent arriver suffisamment en avance pour se changer. L’uniforme doit-être impeccable, sans traces de transpirations….  

Linda François

 

 

 

 

Notre sélection du mois ! 

Pays sans chapeau 

Auteur : Dany Lafferière 

Edition : Motifs 

 

Pays sans chapeau est l’histoire d’un retour. Après vingt années passées à Montréal et Miami, l’auteur rentre chez lui, à Port-au-Prince, Haïti. Le pays, en apparence est le même. L’odeur du café est la même, la pauvreté aussi, crue et violente, jusqu’aux amis qui sont restés fidèles à leur jeunesse.

 

Mais au fil des jours, des silences de ses proches, des mots chuchotés par la rue, c’est à une enquête sur les morts que se livre l’auteur, zombis haïtiens et fantômes installés dans le quotidien de chaleur et de bruit de la ville.

 

Un recensement en Haïti, tu parles…. Les gens disent n’importe quoi. « Combien d’enfants avez-vous Madame ? Seize. – Où sont-ils ? – Tous les neuf sont à l’école. – Et les autres ? – Quels autres ? – Les autres sept enfants. – Mais, Monsieur, ils sont morts. – Madame, on ne compte pas les morts. – Et pourquoi ? Ce sont mes enfants. Pour moi ils sont vivants à jamais. »

 

Un livre infiniment touchant, qui oscille entre l’émotion du retour au pays et la magie des dieux cachés.

 

Un très beau livre qui nous plonge en quelques minutes en Haïti.  J’ai surtout apprécié les proverbes haïtiens, par exemple :

 

-      « Moune mouri pas connin prix cercueil. (Les morts ne connaissent pas le prix des cercueils).

 

Aujourd’hui, encore beaucoup d’haïtiens parlent en proverbe à commencer par mon père, pour une franco-haïtienne pas toujours facile de comprendre ou de décoder le message.

 

Linda François

Notre sélection du mois ! 

 

Haïti !

En avant ! Oui. Nous pouvons... 

Auteur : Arsène Laurent Bernard

Edition : Trafford publishing

 

 

 

Nous avons reçu ce livre de la part de Monsieur F.Courtel qui a souhaité partager avec nous, le deuil de son ami Arsène Laurent Bernard. Je vous invite à lire ce qui suit, et je remercie Monsieur F.Courtel pour l'intérêt qu'il apporte à notre assoication. 

Linda FRANCOIS,

 

 

Notre sélection du mois ! 

 

GOUVERNEUR DE LA ROSE

Auteur Jacques ROUMAIN

Edition Mémoire d'encrier

Un très beau livre ! Mais, je dois dire qu’il faut être initié au créole haïtien pour comprendre tout le sens de certains mots créolophones pour vraiment partager avec l’auteur ce message qu’il voulait nous transmettre sur cette richessesse qui vaut à l’heure actuelle de l’or en Haïti : l’Eau

Ce livre a été publié en 1940 et nous sommes en 2013 et malheureusment un haïtien sur 5 n’a pas accès à l’eau potable et courante ; et un paysan sur 5 n’arrive pas à produire la ratio alimentaire quotidienne pour nourrir sa famille faute d’irrigation.


Linda Francois

 

 

 

 

CAHIER D'UN RETOUR AU PAYS NATAL

Auteur Aimé CESAIR

Edition Présence Africaine poésie

 

 

Un témoignage très touchant. 
Avec mes yeux d’haïtiens, je ne peux que me questionner. Je ressens et partage ces hurlements qu’on a essayé d’étouffer et qu’on étouffe encore.  Comme le dit si bien Aimé Césaire à travers ces écrits « Cahier d’un retour au pays natal », il ne souhaite ni suscite la haine et la violence. 

Aujourd'hui encore les plaies de la colonisation sont grandes ouvertes en Haïti, entre ces rues remplies d’immondices avec « les ventres qui ont faim et qui n’ont pas de klaxon » et les jolies quartiers Bourgeois où se côtoient les mulâtres et mulâtresses. Le fossé entre peaux claires et peaux noires est omniprésent sur ce petit bout de terre qui est Haïti. 

Linda Francois,



Calendrier
« Octobre 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031